Guide étudiant 2010-2011, 2eme édition

Posted in Guide étudiant with tags , , , , , on 07/20/2010 by sudetudianttours

La nouvelle édition du guide étudiant de l’AGET-SUD Etudiant, actualisée et augmentée, est disponible ici :

Guide Etudiant 2010-2011, 2eme édition

Publicités

Demi part et APL ou comment précariser encore un peu plus les étudiants

Posted in communiqués fédéraux, Vie étudiante / Infos pratiques with tags , , , , , on 07/20/2010 by sudetudianttours

Ce n’est pas à nous de payer la crise ! Sud Etudiant et l’Union SNUI-SUD Trésor Solidaires s’insurgent devant l’annonce par le ministre François Baroin, de la suppression prochaine du cumul de l’APL et de la demi part fiscale.

Le ministre du budget François Baroin a annoncé ses nouvelles mesures de restrictions budgétaires, qui pénaliseront une nouvelle fois les plus précaires. En effet, les 700 000 étudiant-e-s non boursier-e-s qui bénéficient actuellement d’une aide au logement de la Caisse d’allocation familiale d’en moyenne 200€ par mois vont devoir choisir entre cette aide essentielle et la demi part fiscale accordée à leurs parents pour le soutien d’un enfant étudiant (cas du rattachement). Les APL sont pour la majorité des étudiant-e-s la seule aide de l’Etat pour vivre et poursuivre leurs études dans des conditions décentes.

Deux « solutions » sont envisageables. Si un foyer renonce à cette aide au bénéfice de la demi part fiscale, c’est une dépense supplémentaire de 2 400€ par an que devront assumer les parents. Si au contraire, l’étudiant-e conserve ses APL, ses parents devront au minimum s’acquitter de 587€ supplémentaires sur leur impôt sur le revenu (calcul sur la base d’une famille de 3 enfants dont un étudiant).

Aujourd’hui, le montant moyen des bourses s’élève à 150-180€ mais 70% des étudiant-e-s n’en bénéficient pas. Ce système truffé d’insuffisances condamne la moitié des étudiant-e-s à travailler pour financer leurs études avec tout ce que cela comporte (emplois du temps surchargés, échecs et abandons pour seules raisons financières).

Plus largement, ce sont les conditions de logement des étudiant-e-s qui sont catastrophiques  : seulement 160 000 logements en cité universitaire pour 2,2 millions d’étudiant-e-s sur toute la France ! Cette situation est inacceptable parce que le logement est actuellement basé quasi exclusivement sur l’offre privée, qu’elle place les étudiant-e-s dans des situations de précarité et d’extrême dépendance vis-à-vis de leur famille. Ensuite parce qu’elle implique de profondes inégalités qui sont loin d’être comblées par les mesures gouvernementales. Les mesures annoncées par le gouvernement vont aggraver les inégalités devant les études, les enfants de parents modestes devront travailler et/ou étudier moins !

Actuellement pour la plupart des étudiant-e-s, l’habitation est le premier poste budgétaire (environ 60%). Sud étudiant condamne la politique d’austérité du gouvernement et continue de revendiquer la construction massive de nouveaux logements publics et la rénovation à grande échelle des cités universitaires délabrées.

Dans ce contexte de précarité rampante, de réforme des retraites, de chômage dans toutes les catégories de la population, cette annonce sonne comme une énième provocation de la part d’un gouvernement qui s’acharne contre la jeunesse et les plus démunis.

Si le ministère du Budget nous explique que « le principe du non cumul entre aide fiscale et aide sociale est arrêté », mais que les modalités « sont encore à définir », chacun aura compris que les mesures visent à restreindre les droits. L’heure n’est pas à la discussion sur les modalités mais au maintien de ces dispositifs qui, à l’heure actuelle, ne suffisent déjà pas toujours.

Contrairement à ce que fait le gouvernement, vouloir sortir de la crise, c’est investir dans l’avenir, ce qui passe par des moyens en faveur des étudiants.

Communiqué APL

Communiqué de la Fédération SUD Etudiant et de l’Union SNUI-SUD Trésor Solidaires
19 juillet 2010

Retraites : tou-te-s dans la rue le 27 mai

Posted in manifestation with tags , , , , , , , on 05/21/2010 by sudetudianttours

Contre l’allongement de la durée de cotisation !

Pour une réelle répartition des richesses !

Aujourd’hui, le gouvernement veut casser le système de retraite par répartition, basé sur la solidarité. Il veut nous faire croire que face à l’allongement de la durée de la vie, les seules solutions seraient l’augmentation de la durée du travail et la baisse des pensions de retraites.

Le gouvernement a ainsi le cynisme de présenter l’augmentation de l’espérance de vie comme un poids pour la société, alors qu’il s’agit en réalité d’un progrès.

Cet argument est fallacieux, car l’augmentation de l’espérance de vie doit être mise en parallèle avec la hausse exponentielle de la productivité. Ainsi, la richesse produite par les salarié-e-s ne cesse de croitre, mais est détournée au profit des intérêts des plus riches (exonération des cotisations, bouclier fiscal, explosion des stocks options et des revenus financiers…). Depuis les années 80 c’est 10% de la richesse totale qui s’est vu reprise par les actionnaires au détriment des travailleurs/euses.

La volonté d’augmenter l’âge de départ en retraite est en réalité absurde quand toujours plus d’employeurs/euses licencient des salarié-es en fin de carrière, faisant ainsi exploser le nombre de préretraite et le chômage des plus âgé-e-s, sous l’œil bienveillant du gouvernement.

L’allongement de la durée du travail n’est donc pas une fatalité. C’est un choix politique consistant à prendre toujours plus aux producteurs/ices pour donner aux possédants et casser les acquis sociaux.

En outre, les réformes prévues aggraveront les inégalités femmes/hommes, puisque les femmes ont plus de mal à cotiser le nombre d’années suffisantes (temps partiels subis, congés maternités…), et touchent déjà des retraites inférieures de 38 % à celles des hommes.

La jeunesse une des principale victime des projets de lois gouvernementaux !

La jeunesse est actuellement l’une des premières victimes de la précarité : revenu scandaleusement bas des jeunes en alternance, plus de 100 000 étudiant-e-s vivant sous le seuil de pauvreté, 50% d’entre eux/elles obligé-e-s de se salarier en concurrence de leurs études… Actuellement, 25% des moins de 26 ans sont au chômage (sans compter les jeunes ayant un emploi précaire). En repoussant l’âge de départ en retraite, au lieu d’offrir un emploi stable aux jeunes et une retraite décente aux plus âgé-e-s, nous créerons une situation absurde où les plus âgé-e-s seront forcés de travailler alors que les jeunes enchaineront périodes de chômage et de précarité !

De plus, la durée d’études ayant considérablement augmenté, l’allongement de la durée de cotisation impliquera pour notre génération et les suivantes de travailler jusqu’à un âge beaucoup plus avancé. Pourtant , les études et les stages sont aujourd’hui nécessaires à l’obtention d’un emploi. Leur prise en compte dans la durée de cotisation est donc nécessaire.

C’est pourquoi nous exigeons :

– le retour à un système de retraite par répartition à 37,5 annuités pour toutes et tous

– la validation des années d’études et de formation dans le calcul des annuités ouvrant droit à la retraite, pour garantir à tous la possibilité d’étudier sans être inquiété par son avenir

– la validation des périodes de stages, intégrée dans une véritable réglementation contraignante (rémunération dès le premier mois, reconnaissance et encadrement dans la formation) ;

– la validation des périodes d’inactivité forcée, et la prise en compte de la situation des jeunes en situation d’insertion professionnelle pour qui l’enchaînement de stages, de CDD, de temps partiel, de périodes d’intérim ou de chômage conduisent à accumuler des droits à retraite très incomplets ; il faut parallèlement combattre cette précarisation de la jeunesse, et exiger d’œuvrer à une économie basée sur des emplois nombreux, stables, à temps complet et de qualité.

– un revenu minimum pour la jeunesse, lui permettant de vivre décemment

Nous vous appelons à vous joindre au cortège jeune lors de la manifestation du 27 Mai et à participer à l’Assemblée Générale qui suivra

Manifestation pour la défense des retraites :

Jeudi 27 mai à 10 h place de la Liberté


Assemblée générale de la jeunesse :

RdV devant le Hall Thélème de la fac des Tanneurs à 14h

Signataires : AGET-SUD Etudiant, UNEF Tours, UNL Centre, Alternative Libertaire 37, Les Jeunes Socialistes 37, NPA Jeunes 37


Téléchargez le tract unitaire ici

Nos droits en matière d’examens

Posted in Examens with tags , , , , , , , , on 05/12/2010 by sudetudianttours

Vous trouverez ici la nouvelle charte des examens de l’Université François Rabelais :

CHARTE DES EXAMENS

SUDversif 37 n°15

Posted in SUDVersif with tags , , , , , , , on 05/12/2010 by sudetudianttours

Le dernier numéro de SUDversif 37, le journal de l’AGET-SUD Etudiant, téléchargeable et imprimable.

SUDversif 37 numéro 15

Sommaire :

ACTUS UNIVERSITAIRES
p2 : Réseau Université sans Frontières : brisons la machine à expulser
p3 : Absences en TD : les mauvais coups continuent
p3 : De quoi la compensation est elle le nom ?
DOSSIER ECOLOGIE
p4 : Environnement : ni un fond de commerce, ni un argument publicitaire : une priorité syndicale !
p5 : Copenhague ou la chronique d’une mort annoncée ?
p6-7 : La gratuité des transports : une vraie mesure sociale et environnementale
DANS LES FACS…ICI ET AILLEURS
p8 : Face à des conditions de vie révoltantes, les étudiant-e-s ripostent et tiennent
p8 : BDS : solidarité avec le peuple palestinien
p9 : De la précarité en milieu étudiant
SUR LE FRONT DES LUTTES
p10 : Journée mondiale des femmes : nous voulons l’égalité tout de suite
p11 : Retraites : dans la rue avec les travailleurs
RIONS UN PEU…
p12 : SUD, syndicalement incorrect

Edito : Lendemain de cuite

Un an après une mobilisation jamais égalée en terme de durée dans l’enseignement supérieur, l’heure est peut-être venue de faire les comptes, afin de savoir ou nous en sommes.

Si nous avons lutté âprement ces deux dernières années contre un ensemble de contres-reformes libérales visant à annihiler progressivement ce qui restait d’un service public d’enseignement supérieur, notamment en terme d’accessibilité sociale, de démocratie interne, de transmission et de recherche d’un savoir non soumis aux diktats gouvernementaux et économiques, il nous est nécessaire aujourd’hui de nous donner les moyens d’organiser de la manière la plus efficace et démocratique possible la riposte sociale. Ceci ne se fera pas en un jour et il nous sera pour cela impératif de dépasser toutes les formes de corporatisme, de sectarisme et leurs lots de divisions qui nous ont déjà trop nuit.

L’AGET-SUD Etudiant Tours poursuivra inlassablement son travail d’information sur l’actualité des réformes et des conseils universitaires, tentera d’organiser la solidarité sur les facs et luttera au quotidien pour défendre l’ université telle qu’elle devrait être : publique gratuite, démocratique et accessible à tous.

Enfin nous tendons la main à toutes les forces progressistes de l’université sans distinctions enseignants, étudiants , personnels BIATOSS, organisations et individus pour travailler de manière unitaire, condition sine qua non à l’établissement d’un rapport de force suffisant pour imposer nos revendications.

Guide Etudiant 2010-2011

Posted in Guide étudiant with tags , , , on 05/11/2010 by sudetudianttours

L’AGET-SUD Etudiant édite pour l’année 2010-2011 un guide étudiant très utile pour les bachelier-ère-s qui arrivent à l’Université de Tours, mais également pour celles et ceux qui y étudient déjà.

Ce guide, rédigé par nous-mêmes dans un esprit de solidarité et d’entraide, a pour but d’informer le plus largement possible sur l’organisation des études, la vie à l’Université, les différentes aides sociales, d’aider les personnes dans leurs démarches administratives, mais également d’offrir une vision critique de l’Université et de ses évolutions et de présenter la nécessité de se battre collectivement pour une Université réellement publique gratuite et démocratique.

Il est téléchargeable et imprimable dans son intégralité ici  :

Guide étudiant 2010-2011 (pdf)

Une édition corrigée, augmentée, réactualisée et féminisée devrait voir le jour dans le courant du mois de juin

Sommaire du Guide étudiant

Etudiants Etrangers…………………..p3
SUD Etudiant…………………………….p4
Organisation des études…………….p6
La Vie à l’Université…………………..p8
Aides sociales…………………………..p10
Contre-réformes et privatisation…p12
Etudiants salariés……………………..p14
Antisexisme……………………………..p15
Autogestion………………………………p16
Antifascisme…………………………….p16
Campagne BDS…………………………p17
Ecologie…………………………………..p17
Adresses Utiles………………………..p18

Edito

Etre étudiant est une chance et une étape importante de notre vie. C’est la possibilité de prolonger ses études après le baccalauréat, d’acquérir des connaissances, un savoir émancipateur. C’est également la possibilité d’apprendre à devenir autonome, tant dans son rapport aux études que dans la vie quotidienne. C’est se former, se préparer à entrer avec des atouts en poche dans le monde du travail. C’est bénéficier d’un statut social de travailleur intellectuel en formation.
Cependant, les discours sur la chance que représente l’Université ne doivent pas masquer une réalité parfois moins idylique. Notre aspiration à l’autonomie est de plus en plus difficile à atteindre, ne serait-ce que sur le plan financier : les loyers et les frais d’inscription grimpent en flèche, tandis que les bourses sur critères sociaux chutent. Aujourd’hui, plus de 50% des étudiants sont obligés de bosser en concurrence de leurs études pour les payer, tandis que plus de 100 000 d’entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Ce phénomène de précarisation des étudiants est accompagné et renforcé par une succession de réformes néo-libérales qui transforment l’enseignement supérieur depuis 10 ans, avec une accélération ces trois dernières années. Comme la majeure partie des services publics, l’Université se tourne vers la recherche de rentabilité immédiate et les logiques managériales, sous prétexte de s’adapter à la “modernité”. La privatisation rampante de l’Université, et son adaptation aux besoins du marché, se fait au détriment de l’intérêt des étudiants et de la diffusion d’un savoir libre, gratuit et émancipateur.

L’AGET-SUD Etudiant considère qu’il n’y a pas de fatalité à cette dégradation des conditions d’études, que celle-ci est liée à des choix politiques. Nous pensons que c’est en s’organisant collectivement au sein d’un syndicat offensif que les étudiants peuvent se faire entendre et faire bouger les choses, tant sur des problèmes quotidiens que lors de moments de mobilisations face à des contre-réformes.
Nous sommes une organisation syndicale qui ne veut pas se contenter de gérer la misère, mais qui entend créer un rapport de force afin de défendre nos droits au sein d’une Université que nous voulons publique, gratuite et démocratique. Nous entendons également organiser au quotidien la solidarité entre les étudiants, trop souvent isolés.

C’est ici l’objet de ce guide : nous entendons informer les nouveaux étudiants sur ce qui les attend, sans langue de bois, et les armer afin de mieux comprendre l’univers dans lequel ils débarquent, les épreuves auxquelles ils seront confrontés, les moyens de s’en sortir et la nécessité de se serrer les coudes pour faire face à ceux qui veulent détruire l’Université.

Face à ces conditions de vie révoltantes, les étudiant-es ripostent et tiennent !

Posted in communiqués fédéraux on 03/03/2010 by sudetudianttours

Depuis un mois, les étudiantes et étudiants résidents des Cités-U du CROUS dénoncent les conditions dans lesquelles ils et elles sont logé-e-s, et principalement les problèmes d’insalubrité dus au manque de moyens et d’investissement du Centre régional des oeuvres universitaires (CROUS) et de l’État.

Entre 300 et 350 d’entre eux ont donc décidé de suspendre le paiement de leur loyer à compter de février.

Les résidences universitaires en questions sont «  classiques » et souvent anciennes : 9m2 en moyenne, équipées d’un « coin -lavabo » par chambre, cuisines communes, douches communes, W.C communs et le tout dans un état d’insalubrité évident.

L’insalubrité : en détail, il s’agit des plafonds moisis, de douches minuscules et non-aérées, l’humidité fait naturellement des ravages, des fuites sont observées, les canalisations laissent elles-aussi à désirer et ne sont certainement pas aux normes (notamment dans les bâtiments datant de la fin des années 70), les murs sont également en mauvais état, lézardés, des morceaux tombent, la peinture murale est à refaire et enfin certain-e-s étudiant-e-s se battent contre les blattes et autres bestioles en tout genre qui vivent quotidiennement à leurs Côtés.

Il s’agit donc bel et bien d’un problème d’insalubrité, dépassant la question du confort. La fédération des syndicats SUD étudiant réaffirme son soutien aux étudiant-e-s mobilisé-e-s. Nous affirmons notre disponibilité pour toute action de soutien aux étudiants grévistes, dans l’unité la plus large.

Nous insistons également sur la nécessité de ne pas laisser ceux/celles-ci isolé-e-s une fois certaines échéances électorales passées. La fédération des syndicats Sud étudiant considère que chaque étudiant à droit à un niveau digne et décent de vie et non de survie. L’insalubrité constatée met en danger chacun des habitants des Cités-U concernées par cette grève et nous ne l’acceptons pas.

C’est à l’État de réhabiliter les bâtiments, de les rénover, de construire de nouvelles résidences, ce n’est pas le moment de se désengager financièrement compte-tenu des conditions actuelles de logement et les subventions doivent être à hauteur des besoins observés.

Le squat la Marquise à Paris, cette grève et toutes les luttes du logement, sans oublier tous ceux et toutes celles qui vivent dans des conditions indignes nous rappellent si besoin était la condition déplorable du logement étudiant, et plus généralement pointent la précarité quotidienne à laquelle doit faire face une large frange de la population étudiante. Malgré les menaces de procédures de recouvrement cette grève doit persister dans l’attente de voir s’opérer la mise en chantier espérée.

En conséquence la fédération des syndicats Sud étudiant réaffirme son soutien aux étudiant-e-s des cités universitaires de Lille et de Villeneuve d’ Asc dans leurs mouvement de grève des loyers qu’elle considère comme exemplaire jusqu’a la satisfaction de toutes leurs revendications et se tient prête à apporter un soutien logistique et juridique.